Le coup de booster des ventes de véhicules électriques

borne-electrique-Le début de l’année 2014 signait une mauvaise performance des ventes de véhicules électriques en France. Dans l’un de ses éditos, Fiscalité Automobile relatait cette involution avec les impacts sur le marché automobile français tant pour les ventes de voitures aux particuliers qu’aux professionnels. La courbe des ventes s’est inversée depuis deux mois avec des évolutions à 2 chiffres. Comment s’explique ce sursaut des immatriculations de véhicules électriques en France ?

Fiscalité Automobile vous donne quelques pistes d’explications.

1) La dynamique des ventes de la voiture électrique

Si les ventes de véhicules électriques déprimaient durant les premiers mois de l’année 2014, elles semblent ragaillardies depuis le mois de juin. En effet après un sursaut des ventes au mois de juin de 16%, l’évolution des ventes des véhicules électriques affiche 51% au mois de juillet avec un volume de 743 immatriculations!

1.1 Un bonus écologique et ça repart !

Cette hausse coïncide avec l’application d’un nouveau décret en juillet dernier qui restaurait une incohérence liée au bonus écologique pour l’achat de voitures aux modes de propulsion alternatifs, électriques ou hybrides. En effet une mesure prise en automne dernier imputait le bonus de 2000€ attribué lors de l’achat d’une hybride ou d’une électrique en location longue durée (LLD) ou en location avec option d’achat (LOA). La location longue durée ou la location avec option d’achat (LLD et LOA) sont des modes de financement représentant près de 40 % des transactions. Depuis le 1er juillet, cette revalorisation permet aux automobilistes, aux professionnels et aux entreprises de bénéficier enfin du bonus écologique jusqu’à 6300€ pour l’acquisition de véhicules ou de flotte de véhicules aux modes de propulsion alternatifs. La progression des immatriculations ne s’est pas fait attendre et la dynamique de ventes se confirme dès le mois de juillet.

1.2 Les nouveaux modèles pour booster l’offre de voitures électriques

La gamme de voitures hybrides et électriques s’étend grâce à l’arrivée de nouveaux modèles sur le marché de l’automobile. De nouveaux entrants stimulent ce marché : la e-Up de Volkswagen, la i3 de BMW, Smart et le modèle Fortwo, Citroën C-Zéro, Peugeot iOn…autant d’acteurs qui viennent élargir la gamme pour prendre des parts de marché aux plus grands.

1.3 La percée de la Bluecar de Bolloré

bluecarLa dynamique des immatriculations de véhicules électriques s’explique aussi par la percée de la Bluecar de Bolloré. En effet Bolloré a remporté le marché de l’autopartage et a livré sa commande de véhicules au mois de juillet. Ce qui a propulsé la Bluecar de Bolloré a la deuxième place des voitures en France derrière la Zoé de Renault.

2. Le véhicule électrique en France quel avenir ?

Le marché des voitures électriques représente depuis le début de l’année, 7.300 immatriculations. Et ce regain des deux derniers mois permet à la France de conserver la seconde place des marchés d’automobiles électriques, devant la Norvège. Néanmoins, relativisons ces annonces : les volumes restent faibles et la part de marché des véhicules électriques particuliers représente moins de 0,5 % du marché global des ventes de véhicules particuliers et 1% du marché global des professionnels en 2014.

2.1 Zoé : leader du marché !

La Renault Zoé reste leader avec 47,1% de part de marché (296 Zoé vendues) même si ses ventes de juillet ont chuté de 15% par rapport à juillet 2013. Avec 743 immatriculations enregistrées en juillet,

Au mois de juillet, si la Renault ZOE conserve largement la tête des ventes, elle est suivie de la Bluecar Bolloré avec 171 exemplaires, de la Nissan Leaf et 80 modèles, de la e-Up la Volkswagen, 73 exemplaires et de la Smart Fortwo, 59 modèles.

2.2 L’avenir automobile s’électrisera-t-il ?

L’essor de l’électrique pourrait se confirmer avec la chute du prix des batteries. Les batteries lithium-ion ont vu leur prix diminuer de 20% en 2 ans. Les constructeurs ont donc le moyen d’être plus compétitif en prix de vente. Mais un véhicule électrique reste encore cher compte tenu du coût supplémentaire de la location d’une batterie allant de 65 à 86 euros par mois. Rouler propre demande encore un certain effort financier pour les potentiels acheteurs : comptez un financement à partir de 15000 € pour un véhicule électrique.

Rouler propre nécessitera aussi de pallier à la faiblesse du nombre de bornes de recharges en France (8000 bornes) pour étendre, comme prévu, le réseau de bornes électriques de rechargement à 400 000 en 2020.

  • Bollore-Bluesummer-PSA-citroen-4

La Bluesummer, 1er cabriolet 100% électrique de Bolloré.

La nouvelle voiture électrique cabriolet de Bolloré la Bluesummer.
  • Véhicules électrique pour flottes

La voiture électrique version flottes d’entreprises

La voiture électrique et les gestionnaires de flottes d’entreprises
  • bluecar

Quel avenir pour l’automobile électrique ?

Oû en est le marché du véhicule électrique ?
  • Borne pour véhicules électriques

Le véhicule électrique en France

Ségolène Royal, ministre de l’environnement dévoile un nouveau Plan de Transition Energétique

La Voiture Electrique et la Loi

Est ce que la nouvelle loi sur les véhicules électrique va favoriser son déploiement ?